Garges les Gonesse : Victoire de la CGT contre le contrôle biométrique des agents

 

biometrielentilleres-2-19802

Suite au premier recours au Tribunal Administratif où la décision avait été défavorable pour les agents, nous avons fait un recours devant la Cour Administrative d’appel de Versailles.

 

La cour Administrative d’appel de Versailles conclu à l’annulation des sanctions à l’encontre des agents qui refusaient « l’enrôlement du gabarit de leurs doigts ». Ce dispositif mis en place dans notre commune en 2010 a depuis le 23 octobre 2012 été récusé par la CNIL (Commission Nationale de l’informatique et des libertés) qui considère la biométrie comme un moyen disproportionné pour le contrôle des horaires de travail. Nous rappelons que dans le monde du travail, le système biométrique devra être arrêté en 2017.

 

Le tribunal en annulant les sanctions infligées à nos 7 camarades valide notre engagement syndical. C’est bien sur le fond et dans la forme que notre implication était justifiée.

 

Par le biais de Monsieur Cordonnier, Monsieur le Maire s’est engagé à respecter et élargir à tous les agents ayant refusé la biométrie. Les salaires retenus seront restitués. Cette décision solde définitivement le volet financier et rétablie dans leurs droits les agents concernés.

 

Lors du même entretien, nous avons réaffirmé notre revendication visant à supprimer le système biométrique. Nous pensons que le moment est opportun, sans vainqueur, ni vaincu de réexaminer à la lumière des arbitrages rendus, un dispositif qui a généré et cristallisé un climat détestable dans notre commune.

 

C’est aussi l’occasion de renouer un véritable dialogue social.

 

VICTOIRE DES SALARIES DE FLEXCITE

Au bout de 3 semaines de grève, les salariés de FlexCité (Pam95 et Accès95), filiale de la RATP, ont enfin abouti à un accord avec leur direction.

Celui-ci porte essentiellement sur les conditions de travail et le respect du cahier des charges de cette délégation de service public du Conseil Général, notamment en matière de sécurité.

Ils ont également obtenu une revalorisation de leur salaire.

 

Malgré les pressions et les manœuvres de division de la direction, les salariés sont restés unis et déterminés tout au long de ce conflit dont le taux de gréviste a été de plus de 95 % pour une réelle prise en considération des conditions de transport des personnes fragilisées à mobilité réduite.

 

Leur mobilisation a reçu le soutien des camarades de la CGT RATP,  de la CGT FlexCité 94, de l’ensemble des camarades CGT du Val d’Oise, des élus du PCF et de la fédération 95 du PCF.

L’UL CGT de Montigny sera vigilante au côté des délégués PAM95 et Accès95 au respect et à l’application de l’accord.Taverny-greve

LES FEMMES DE CHAMBRES FONT LE MENAGE DANS LEUR CONTRAT

Les salariés de la société GM Service, qui sont en charges des hôtels Première Classe et Campaniles de St Witz, se sont mobilisés pour réclamer de meilleures conditions de travail

 

Après moins d’une semaine de grève, la direction a négocié et signé un protocole d’accord de fin de conflit

Mise en place de planning fixe

Les 11 grévistes ont vus leur contrat revalorisé de 25 H mensuel en plus

Aucune pénalité financière suite aux retards causés par les taxis

Paiement de 50% des jours de grèves

 

Pour cette première initiative, les salariés ont plus que bien avancé

Nous leurs souhaitons bon courage20140715_095947

intervention UD conflit PAM95/ FLEXCITE

 

Cergy, le 7 juillet 2014

Monsieur le Président du Conseil Général du Val d’Oise

et Mesdames messieurs les élu-e-s Territoriaux du Conseil Général

 Objet : Conflit social PAM95/FLEXITE

Monsieur le Président,Mesdames et Messieurs les élu-e-s,

Depuis le 25 juin 2014, les chauffeurs de l’entreprise FLEXITE et de la PAM95 sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et les déficits organisationnels dégradant le service rendu aux usagers.

Dans l’article du Parisien du Val d’Oise du samedi 5 juillet 2014,  les déclarations du Conseil Général se cantonnent à un argumentaire purement « comptable » en demandant, entre autre, la mise en place d’un service de sous-traitance pour que l’activité reprenne.

Notre Union Départementale s’insurge contre cette déclaration irréfléchie et irresponsable.

Votre simple demande de relance de ce service de professionnels par des taxis privés de remplacement sans remédier aux causes profondes du problème est intolérable surtout que la responsabilité du Conseil Général est largement engagée en sa qualité de donneur d’ordres !

Notre département souffre d’un manque chronique de structures et de moyens adaptés pour les personnes handicapées  ce que dénoncent à travers leur profession, nos collègues actuellement en grève.

La mise en place d’une sous-traitance, pendant leur conflit s’apparente à une violation du droit de grève et à une attaque programmée des conséquence immédiates  de ce conflit et non aux causes profondes d’une politique de transport bradée et peu ambitieuse.

Par la présente, nous exigeons que le Conseil Général du Val d’Oise cesse immédiatement de se dédouaner de ses responsabilités et pèse de tout son poids :

-          Pour l’ouverture de réelles négociations sur la base des revendications des personnels,

-          Pour que ces chauffeurs puissent effectuer leurs missions dans de bonnes conditions

-          Pour que le transport des usagers à mobilité réduite sur le Val d’Oise devienne un véritable service de qualité de proximité respectant toutes les conditions de sécurité.

La grève est toujours une conséquence ultime d’un manque de dialogue et de prise en compte des besoins réels. Les grévistes ne sont ni des « saboteurs » ni des « preneurs d’otages », ni de « simples outils jetables » à remplacer sommairement  pour camoufler la réalité, Nous restons dans l’attente de vos  prochaines interventions qui nous l’espérons, seront plus constructives. Recevez, Monsieur le Président et Mesdames Messieurs les Conseillers, l’expression de notre parfaite considération.

VICTOIRE !!! les STEF réintégrés

Aujourd’hui mardi 1er juillet

Victoire au conseil des prud’ hommes de Pontoise

10 salariés du groupe STEF licenciés pour faits de grève ont été réintégrés !!!

La CGT ne lâchera jamais sur les questions de libertés syndicales

Les syndicaliste ne sont pas des voyous !!!

Nos revendications sont légitimes continuons le combat…

(voir communiqué en pièce jointe)ob_a73441_voyousVictoire Communiqué réintégration des 10 salariés de STEF PDF

Flexité TSE 95/PAM95 TRANSPORTS SPECIALISES En grève pour un service du transport des usagers de qualité !!!

Depuis le mercredi 25 juin 2014, les conducteurs de Taverny sont en grève pour défendre un service de transport aux personnes de qualité (confort, durée de transport, accompagnement des usagers…) et pour dénoncer le manque  d’effectifs, le déficit de sécurité, leurs revendications sur les salaires, la mutuelle et les conditions de travail.

Pour les agents de ces filiales de la RATP  la coupe et pleine  et la direction doit ouvrir de véritables négociations, ce qui bloque encore….

Les agents sont déterminés!!!!

A suivre…pam-95----inauguration-006

26 juin : une journée qui prépare un été revendicatif

Cette journée du 26 juin était le point d’orgue d’une semaine de mobilisations interprofessionnelles à l’appel de la CGT. Elle a été marquée par 117 manifestations et rassemblements. Depuis lundi, des arrêts de travail ont eu lieu dans des entreprises de la métallurgie, des papeteries, des commerces, les grands magasins de Paris, dans le secteur de l’énergie, les services, les transports, les infrastructures routières, les ports. Sous des formes diverses et souvent dans l’unité syndicale, les salariés marquent leur volonté d’imposer d’autres solutions à la crise. Ils rejettent les politiques d’austérité à l’œuvre dans notre pays. Ces mobilisations augurent d’un été revendicatif et pèseront sur la conférence sociale des 7 et 8 juillet.10337723_10201964046574797_7943412912588383738_n

RETABLIR LA VERITE SUR LES INTERMITTENTS

Avec 507 heures de travail (3 mois) les intermittents s’ouvrent des droits à indemnisation pour 243 jours (8 mois). Pour le régime général un salarié de moins de 50 ans doit avoir travaillé 610 heures dans les 28 derniers mois pour prétendre à 4 mois d’indemnisation..Le privilège ne fera pas rêver les amateurs de Loto.

Le salaire moyen annuel d’un intermittent s’élève à environ 8503 euros. Ce salaire servira de base de calcul pour son indemnité qui viendra le compléter. A condition qu’il ait pu accomplir ces 507 heures dans les dix mois qui précèdent l’ouverture de ses droits.

En vérité sur 254 394 artistes et techniciens a avoir cotisé aux annexes spécifiques 8 et 10 ils sont seulement 43% à être indemnisés soit 108 658 intermittents.

LES RETOMBEES ECONOMIQUES

85 festivals d’été en France, plus de 3000 spectacles par an, 1 million de spectateurs et 50 millions de chiffre d’affaires.

Le secteur culturel, d’un point de vue strictement comptable, pèse 58 milliards d’euros soit 3.2% du PIB (produit intérieur brut). Il fait vivre près de 670 000 personnes et génère à lui seul 8.8 milliards d’euros de monnaie sonnantes et trébuchantes..

Le Grand Marché Transatlantique qui se négocie en catimini, derrière le dos des citoyen, « considère » la Culture; A ce titre le spectacle vivant, les arts plastiques l’édition etc… ne peuvent opposer leurs spécificités à un traitement de « concurrence libre et non faussée« . Autant dire la fin de toutes politiques culturelles audacieuses, créatives, nationales et territoriales  et sûr, la fin du régime des intermittents du spectacle.

RAZ LE BOL DE LA PRECARISATION ET MERCANTILISATION DE TOUTES LES ACTIVITES HUMAINES

DSCN6149

AB-HABITAT: Salaires la lutte paie !

 

logoCGTC

L’assemblée générale des personnels qui s’est réunie ce mardi 27 mai s’est majoritairement prononcée pour que votre syndicat CGT accepte les dernières propositions de la direction dans le cadre de la NAO 2014.

Cela n’aurait pas été possible sans la mobilisation massive des personnels. Cette mobilisation ne date pas du préavis de grève du 28 mai. Depuis le début la CGT a tout fait pour rassembler l’ensemble des personnels afin de faire la liste des revendications, élaborer des propositions, décider des actions… Depuis décembre nous avons mené ensemble de nombreuses actions visibles et déterminées : assemblées des personnels, rassemblement aux vœux de l’ex Président de l’Office, multiples opérations de décoration, 3 appels à la grève, intervention auprès du nouveau Président et nouveau préavis de grève pour le 28 mai. Nous nous félicitons que la FSU ait soutenu l’action décidée avec les personnels pour le 28 mai.

Il est incontestable que la détermination de la CGT, le rapport de force a joué positivement pour aboutir à un accord gagnant/gagnant, sans qu’aucun personnel n’en soit exclu, ce qui était loin d’être le cas à la clôture des négociations. La CGT tient à remercier tous ceux qui ont participé aux actions au service de tous et particulièrement ceux qui ont eu des retenues sur leur salaire pour avoir fait grève. Nous tenons également à remercier le nouveau Président pour avoir favoriser l’établissement d’un dialogue social.

La CGT se félicite que ses propositions ait été retenues par la direction :

- même montant d’augmentation pour tous les salariés (privé/public, ouvriers employés et cadres). Pour le public cela passe par la revalorisation du régime indemnitaire.

- réintégration et augmentation de l’enveloppe financière initiale.

Nous avons obtenu que tous les personnels, quelque soit leur statut ou leur grade/classification bénéficient d’une revalorisation de salaire de minimum 45,€ brut, avec effet rétroactif au 1er janvier 2014.

Comme à son habitude, votre syndicat CGT vous a consulté avant de donner son accord et lever le préavis de grève déposé pour mercredi 28 mai, tout en faisant part de vos remarques. Car si ces propositions sont une réelle avancée, elles ne compensent pas complètement les pertes de pouvoir d’achat subies ces dernières années par les personnels qui sont évaluées à 100€.

En revanche, nous avons aussi fait part de la prise de conscience des uns et des autres que le rapport de force était le seul moyen efficace pour faire aboutir les légitimes revendications des personnels. Nous invitons la direction à mieux les prendre en considération afin d’établir un réel dialogue social apaisé.

Restons unis et solidaires pour continuer à être entendus et reconnus !

 

 

 

Grève SNCCM après les cheminots les intermittents… STOP A L’INTOX!

greve-36-berry-01

Après le conflit des cheminots, des intermittents du spectacle,  le bras de fer entre la direction, le gouvernement  et les salariés de la SNCCM, s’engage.

La guerre médiatique contre la CGT va se poursuivre et s’amplifier.

Il n’est donc plus jamais important d’éclairer nos syndiqué (e)s, élu (e)s et mandaté (e)s,

pour être dans les meilleures conditions pour informer les salariés, notre entourage, nos réseaux.

À l’exception du Syndicat des travailleurs corses (STC), jouant leur rôle d’alerteur,

l’ensemble des syndicats ont déposé des préavis de grèves depuis plusieurs jours.

Tous les syndicats de la SNCM, CGT – SAMMM – FO – CFE-CGC – CFDT – CFTC,

ont appelé au mouvement, reconductible toutes les 24 heures.

Utile à savoir non, au moment où une campagne sans précédent cible la CGT et ses dirigeants.

Les oligarques au pouvoir, politique,  économique, médiatique,

veulent imposer les chemins de l’ultra libéralisme et de la récession sociale,

de la captation des richesses au profit de quelques-uns.

Ils ne supportent pas que les têtes se lèvent et qu’en plus elles soient pleines,

lucides et porteuses des projets sociaux, humains, économiques qui répondes aux besoins et l’intérêt de tous.

La CGT dérange, c’est parce que la CGT est bien là, porteuse d’espoirs, et de repères revendicatifs, porteuse d’un projet social et humain.

Le 26 juin prochain avec les salariés nous porterons nos revendications

pour dire NON à la régression, NON au recul sociaux,

POUR DIRE OUI, à un véritable XXIème siècle, des droits sociaux et humain.